La Presse

Il n'est pas de mois sans qu'une pépite nous soit révélée / Le Figaro

Saison Saison 19/20
Faire semblant d'être normaux
Faire semblant d'être normaux puise dans les textes fondateurs du teatro canzone pour nous offrir dans une explosion de vie, le reflet de nos joies, de nos désirs et de nos tourments.
Une subtile combinaison entre théâtre, musique et chant
Rosa Luxemburg Kabarett
Un portrait intuitif et sensible de Rosa Luxemburg.
Spectacle intense, sans fioritures, les cinq musiciens-acteurs totalement à l'unisson et soudés par une belle complicité en font un objet théâtral des plus singuliers.
Un écrin poétique qui éclaire la politique révolutionnaire
Sophie de La Rochefoucauld incarne Rosa dans une énergie farouche et charmeuse
Le spectacle offre une plongée dans la sensibilité autant poétique que politique de Rosa Luxemburg
Une partition originale, à la fois poétique et musicale
Un "kabarett" intemporel !
C'est un très fin et sensible travail.
Création captivante et émouvante !
Rosa Luxemburg est toujours vivante, courrez vite la voir !
Une grande vivacité
C'est bizarre l'écriture
Un beau spectacle, mené tambour battant, mais avec son lot d’émotions, qui donne envie de (re)lire Christiane Rochefort
Et si au clair de lune
Un joli éclairage sur son répertoire
Orlando
Trois jeunes comédiens déterminés à interroger l'époque
Mélodie Lauret
Un répertoire intime, qui dit ou chante la ferveur des sentiments et l’amour charnel au féminin.
Les Couteaux dans le dos
Coup de coeur !
Une géniale épopée, magistralement interprétée par cinq comédiennes. On rit, on pleure, on frémit.
Une énergie virevoltante et gracieuse
Ravensbrück 1943, deux femmes là-bas
Cette pièce dit la terrible aporie du doute.
La Véritable histoire du cheval de Troie
Un conte épique pour tous dans l’excellence de la simplicité.
Claude Brozzoni signe un spectacle à voir aussi bien pour la subtilité et l'esthétique de sa facture que pour la force d’un propos qui sonne comme une alerte.
Lyrique et émouvant.
En adaptant ces récits de l’Antiquité qui constituent un des socles de notre culture, Claude Brozzoni réintroduit avec beaucoup de bonheur la poésie et le rythme des deux textes d’origine.
La rencontre entre les Déchargeurs, théâtre du dire poétique et de la force du verbe, et Brozzoni, la compagnie des mots incarnés, relève d’une jolie évidence.
Un spectacle attachant où se joue la belle éternité du mythe et la permanence de son actualité.
Le Journal d'un fou
Le comédien Antony de Azevedo déploie une telle énergie
Ridiculum vitae
À nouveau, Marie Thomas nous surprend et nous enchante !
Un spectacle insolite, très bien interprété par Marie Thomas et qui ne manque pas de charme
Encore une étoile filante poétique aux Déchargeurs : c’est vif, brut, éclatant, une heure de petit festin de verbe. Marie Thomas a la voix parlée d’un moineau qui connaît la langue des aigles.
Formidable ! Oui la poésie existe, oui elle est vitale, non elle n’est pas dans les musées !
Une partition poétique et mordante
Encore une étoile filante poétique aux Déchargeurs : c’est vif, brut, éclatant, une heure de petit festin de verbe.
Je ne me souviens pas
Cinquante minutes d'émotion pure
Le Tourneseul
Eric de Dadelsen entraîne le spectateur dans un tourbillon linguistique époustouflant
Eric de Dadelsen dit les mots de Sol et y entremêle les siens, dissertant sur le monde et son état. Tout va très vite, ça fuse et gicle, le spectateur en est tout étourdipuisé !
Un spectacle drôle et prenant où la magie des mots furète notre imaginaire et notre réflexion. Un comédien-clown qui nous offre un moment joyeux et engagé
La philosophie drôlesque de Cløv est un petit festin d’être. Au « théâtre des Charmeurs », le Verbe est à nouveau très bien joué, et la décharge poétique, pas peu belle !
Une bête ordinaire
Une claque nécessaire !
La grâce d’une écriture rare. Un sans faute.
J'arriverai par l'ascenseur de 22h43
C’est très touchant, c’est très beau.
Un très beau monologue qui dit avec beaucoup de sensibilité combien l’art est vital et comment il irrigue la vie d’un être. 
Un monologue mêlant exaltation et humour,
Soltermann, sous le regard complice de Lorenzo Malaguerra à la mise en scène, parle en poète et nous livre, en vrac et sans faux-semblants, des vers libres qui n’en finissent pas de mourir.
Sur scène, Philippe Soltermann incarne un hilarant et émouvant fan d’Hubert-Felix Thiéfaine
Seul sur scène, le comédien suisse romand livre ici bien plus qu'un éloge du chanteur et de son œuvre : le portrait pittoresque de ce qu'est un fan inconditionnel, avec son lot d'exaltation, de sublimation et de démesure
Roi du silence
Molly
Une interprétation magistrale, à la fois gouailleuse et désespérée
Dans un jeu dense fait de justesse, de précision, la mise en scène de Pascal Papini reste sobre, au plus près de la pensée et de la déflagration du texte de Joyce
Chloé Chevalier est une remarquable et sensible Molly.
Chloé Chevalier, dirigée au cordeau par Pascal Papini, tient la scène avec une présence éblouissante.
Une performance théâtrale. Chloé Chevalier réussit de façon impressionnante.
C'est très beau !
Dire Brel
Un spectacle simple mais bouleversant.
Le Testament de Vanda
C'est le sourire et le regard clair de Delphine Valeille, une comédienne intense, que l'on retient.
Delphine Valeille, magnifique comédienne, éclaire les mots tant sublimes que crus de Jean-Pierre Siméon
Les Emigrés
La mise en scène d’Imer Kutllovci est une réussite. Le Bosniaque Mirza Halilovic et le Russe Grigori Manoukov sont magnifiques de justesse et de densité.