Une bête ordinaire

Stéphanie Marchais

Présentation

Une bête ordinaire de Stéphanie Marchais
Date(s) : du 5 nov 2019 au 30 nov 2019
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi
Samedi
à 19h
Durée : 1h

Elle a sept ans, des seins comme des mandarines et ne va plus en classe. Elle se cache dans le local à vélos de l’école et manipule un petit de maternelle. C’est une petite fille ordinaire qui fait commerce de sa puberté précoce avec la froideur méthodique d’un homme d’affaires. Elle se soustrait par le mensonge à celle qui se prend pour sa mère, s’invente un père ennemi public n°1 et fugue la nuit sur un manège. Aujourd'hui, elle est devenue une femme et explore sa féminité bousculée.

Un échange avec l'équipe du spectacle aura lieu le vendredi 15 novembre après la représentation, venez nombreux !

Informations sur le lieu

Salle Vicky Messica
Les Déchargeurs / Le Pôle
3, rue des Déchargeurs
RDC Fond Cour
75001 Paris

Distribution

Coproduction RB|D Productions - Les Déchargeurs & Compagnie Le Zéphyr, CAP*

La compagnie Le Zéphyr est conventionnée par le ministère de la Culture et de la Communication D.R.A.C Île-de-France
Le texte a reçu l'aide à la création d’Artcena et le soutien du CNL pour son édition
Le spectacle est soutenu par Théâtre de Fontenay en scène (Fontenay-sous-Bois)

Notes & extraits

NOTE DE MISE EN SCÈNE
Une bête ordinaire n'est pas un conte pour enfants et le choix a été fait que "elle" qui nous parle soit une femme. Cette femme devant nous, ouvre la boîte, explore sa féminité bousculée. Elle retraverse son enfance déroutée par cette puberté précoce, avec ses fièvres et ses inquiétudes.C'est aussi un jeu salvateur dont elle s'amuse. Au fil d'une narration dialoguée, elle fait revivre la petite fille restée enfouie en elle et les personnages qui l'ont marquée. On y croise aussi quelques animaux fantastiques et son père inventé, celui qui lui offre une fenêtre d'insurrection et de liberté. Il lui apprend à se défendre. Ce support imaginaire l'aide à construire une image d'elle-même sublimée. Elle en devient plus forte. Sa singularité l'a isolée. Enfant, elle n'a pas compris la brusque métamorphose de son corps et sa mère dépassée ne semblait ne rien voir ni rien entendre. "Elle" retrace le chemin de la petite fille-femme jusqu'à déchiffrer la femme de maintenant, jusqu'à retrouver son intégrité.
Véronique Bellegarde

EXTRAIT
Fille: Il a encore grossi. Le raisin qui pousse la peau de mon cœur. Il est plus dur qu’avant plus. Volumineux. Je suis malade peut-être. Peut-être c’est la tête d’une bête qui crève ma poitrine. Elle perce un trou et s’enfuit par là dans la forêt. A grands coups de sabots. J’ai mal sans rien dire puisqu’il m’est interdit de criergueuler. L’air froid entre et sort par cet œil en mon sein. Comment empêcher l’animal de grandir. Comment empêcher d’être traversée par ce cheval au galop. Où va ce cheval si je le laisse aller. Comment étouffer toutes les questions qui naissent sans qu’on les ai voulues..