Présentation

Date(s) : du 2 sep 2019 au 16 déc 2019
Lundi
à 19h
Durée : 1h10

Une élue locale doit inaugurer la salle des fêtes. Elle aborde les spectateurs par un discours de bienvenue qui au fur et à mesure devient un discours d’investiture. Les mots se précipitent, se télescopent, s’amalgament, trébuchent. Malgré elle, sa pensée se détourne de son objectif. Elle se prend les pieds dans la truculence, se cogne dans les convenances. La parole politique devient une parole poétique. Elle exhorte la jeunesse de s’affranchir des règles, réinvente une langue et cite Artaud, Malraux, Rimbaud, Verlaine ou Villon. Un éclat de rire subversif, irrespectueux où la poésie nous offre son vent du large.

Un échange avec l'équipe du spectacle aura lieu le lundi 14 octobre après la représentation, venez nombreux !

Informations sur le lieu

Salle Vicky Messica
Les Déchargeurs
3, rue des Déchargeurs
RDC Fond Cour
75001 Paris

La presse en parle

La comédienne nous embarque dans une partition poétique et mordante. L’Humanité
Marie Thomas, magnifique. La Provence
Marie Thomas, bouleversante de bout en bout… Le rire à la clé aussi. Midi Libre

Distribution

Mise en scène
Comédien(s)
Musique
Lumières

Productions RB|D Productions-Les Déchargeurs, en accord avec le Théâtre de la Passerelle

Le Théâtre de la Passerelle est soutenu par la région Nouvelle Aquitaine, le département de la Haute-Vienne et la ville de Limoges

Multimédia

Notes & extraits

MOT DU METTEUR EN SCÈNE
Ridiculum Vitae, c’est d’abord la folle languede Jean-Pierre Verheggen. On va rire, quel rire? D’un rire critique, rire qui s’attache à démonter le réel, puisque le lien entre rire et politique est pour moi absolument nécessaire. Alors j’ai choisi cette langue de Verheggen et son humour ravageur. Utopie joyeuse d’un théâtre pour rire, pleurer ou rêver. Langue-tempête, fraternelle, poésie à la fois érudite et populaire, une joute verbale et jubilatoire.Les théâtres sont des abris, des abris politiques, poétiques et joyeux. Mon désir est que ce spectacle soit partagé pour nous tirer la tête en l’air. Cette langue c’est l’expression de notre liberté. Et puis je monte ce texte aussi pour Marie Thomas, actrice foraine, bouffonne, forte, fragile, innocente. Je me sens toujours traversé par une langue ou un projet et j’éprouve le besoin de les partager. Continuez de croire à la poésie, continuez à faire entendre cette voix intérieure interdite, cette voix oubliée de notre enfance. Continuez à transporter en riant notre cargaison de misère. Je vous souhaite une rencontre avec Verheggen et Bonnaffé traversée d’émotion de rires et de sensations? Avec la rage et la joie au ventre pour des nouvelles fraternités. Le spectacle doit être un lieu de résistance à la marchandise, un espace «de mots qui s’éloignent le plus des mots qu’on a sur le bout de la langue» «Magnifique, la luxure poétique! Oui! Magnifique la poésie quand elle proclame sa haine de la poésie affadie!»
Michel Bruzat