Le Journal d'un fou

Nikolaï Gogol

Présentation

Le Journal d'un fou de Nikolaï Gogol
Date(s) : du 8 Jan 2019 au 26 mar 2019
Mardi
à 19h30
Durée : 1h

A Saint-Pétersbourg, Popritchine, curieux petit fonctionnaire du Ministère voit son monde sans relief et étriqué s’effondrer en même temps que sa santé mentale. Tiraillé entre ses nouvelles inquiétudes et ses soudaines hallucinations, cet anti-héros terrifié par le réel se trouve plongé dans un univers fantasmé où la folie devient échappatoire. Le Journal d’un fou est l’histoire d’un corps qui a perdu la raison.

Informations sur le lieu

Salle La Bohème
Les Déchargeurs / Le Pôle
3, rue des Déchargeurs
RDC Fond Cour
75001 Paris, IdF

La presse en parle

Avec une force de conviction remarquable, que renforce que la renforce la proximité avec le spectateurs, Antony de Azevedo est remarquable. L'Humanité
Beaucoup de sensibilité. Un seul en scène les yeux dans les yeux dont on ne sort pas indemne. Thierry Harcourt offre une très belle opportunité de découverte ou de redécouverte de ce conte absurde. Une performance d’acteur. / La Terrasse

Distribution

Mise en scène
Comédien(s)
Crédit Photo Visuel

Coréalisation La Reine blanche – Les Déchargeurs & Compagnie du Oui

Multimédia

Cliquez sur l'image pour afficher le dossier du spectacle
Cliquez sur l'image pour afficher le dossier du spectacle

Notes & extraits

NOTE DE MISE EN SCÈNE
La folie entrainée par l’amour, l’amour de la folie !
Ce qui fait de nous des êtres fragiles et complexes peut nous pousser à tout moment vers ce qu’on appelle la folie ! L’identification est immédiate, et doit l’être. Popritchine n’est rien d’autre qu’une projection de nous tous. Joyeux dans sa folie obsessionnelle il se laisse aller aux hallucinations naturelles de son état.
Pour porter un rôle aussi riche et détaillé il fallait un acteur sans peur, ou en tous cas un qui n’ait pas peur d’aller à la rencontre de la peur. Anthony de Azevedo est cet acteur, exigeant et physique qui aborde toutes les facettes du rôle et de son histoire afin de les partager tous les soirs avec le public.
Partage de l’intime, dans une sobre mais envoutante enveloppe voici le donc le bien agréable défi que je me suis fixé. Plaisir et recherche.
Thierry Harcourt

EXTRAIT
5 décembre.
Toute la matinée j’ai lu les gazettes. Il se passe des choses étranges en Espagne ; je ne puis même pas bien les comprendre. On écrit que le trône est vacant, et que les assemblées se trouvent dans une position fort difficile, à cause du choix d’un héritier ; c’est le motif d’une foule de troubles. Cela me semble étrange. Comment un trône peut-il être vacant ? On dit qu’une certaine Donna doit monter sur le trône. Une Donna ne peut pas monter sur le trône ; non, c’est impossible. Sur le trône doit s’asseoir un roi. On dit qu’il n’y a pas de roi. C’est impossible qu’il n’y ait pas de roi.
Un royaume ne peut exister sans roi. Il y a un roi ; seulement il se trouve quelque part incognito. Peut- être même se trouve-t-il en Espagne. Mais quelques raisons de famille, ou la crainte des États voisins, comme la France et d’autres terres, le forcent de se cacher. Ou bien il y a d’autres raisons.