Un petit mètre carré pour exister

Fanny Touron

Présentation

Un petit mètre carré pour exister de Fanny Touron
Date(s) : du 25 sep 2018 au 13 oct 2018
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi
Samedi
à 21h30
Durée : 1h15

Au croisement des langages se trouve avant tout l’envie de comprendre cette inégalité des femmes et des hommes dans le travail artistique, dans le monde de la culture et dans la société actuelle. Ce sont cinq femmes qui, dans une forme non identifiée entre théâtre, danse, musique, chant et création vidéo, nous font sentir leurs brûlures, leurs amours, leurs déchirures et nous étonnent par leur lucidité. Cinq guerrières de la poésie qui portent, assument et font entendre leur voix dans un univers transgressif et surréaliste.

La représentation du samedi 6 octobre sera suivie d'un échange avec l'équipe du spectacle

Informations sur le lieu

Salle Vicky Messica
Les Déchargeurs / Le Pôle
3, rue des Déchargeurs
RDC Fond Cour
75001 Paris

La presse en parle

Elles sont coriaces et jamais ridicules dans un combat qu’elles savent rendre ludique, et qui force le respect. / Froggy's Delight

Distribution

Coréalisation La Reine blanche / Les Déchargeurs, en accord avec Coq Héron Productions et Antisthene

Multimédia

Notes & extraits

NOTE DE L'AUTEURE
Il est bien difficile aujourd’hui pour une femme de se sentir légitime dans son métier quand elle a à se battre contre des plafonds de verre, des inégalités salariales, une non reconnaissance de son travail. Ces rapports qui mettent en lumière les discriminations entre femmes et hommes, notamment dans le spectacle vivant, jusqu’alors ni révélées, ni remises en question, seront un déclic pour un certain nombre de femmes et d’hommes de tous milieux, de toutes générations ou de toutes origines. J’ai découvert cela au fur et à mesure de notre recherche instinctive sur le vaste thème qu’est la féminité. Le fond de ce spectacle est lié à cette prise de conscience. Fanny Touron

NOTE DE MISE EN SCÈNE
A travers l’inégalité Femmes-Hommes, j’utilise la mise en scène pour aborder d’autres questionnements. Via la direction d’actrices, je désire redonner son pouvoir à la sensation, à « ce que je suis ». Ce qui ouvre un grand espace de liberté. Créer un spectacle singulier qui cultive l’art du vertige sensationnel, propose des espaces d’improvisations. Via la scénarisation du processus de création, je souhaite allier l’intimité du cinéma à la puissance cathartique d’un spectacle vivant éphémère. Toutes les vidéos et la lumière sont retransmises en direct au plus proche de l’intimité de chacune. Via la musique et ses pratiques, je désire dessiner en arrière plan, tandis que les morceaux prennent forme, le thème profond du spectacle. Porter sa voix, assumer sa voix et la faire entendre. Via la place centrale des vêtements, nous abordons la thématique de l’existence en tant que femme, de sa jouissance et de l’interdit de sa jouissance. L’idée de transgression et de questionnement de leur individu.

« Etre femme signifie toujours être coincée dans le purement psychologique. Qu’importe qu’une femme puisse formuler une vision du monde globale et dépassionnée, à partir du moment où cela inclut ses propres expériences et émotions, le téléscope se retourne vers elle. Parce que l’émotion est si terrifiante que le monde refuse de croire qu’elle puisse être explorée en tant que discipline ou que forme. » Chris Kraus

Fanny Touron

EXTRAIT
Cheffe étoilée, cheffe de projet, cheffe de chantier, ça m’va
Cheffe de chœur, cheffe d’orchestre, cheffe d’Etat, pourquoi pas
Pilote, pirate, émir, fakir, si ça m’inspire
Au même salaire qu’un homme pour pas gâcher mon plaisir
J’ai les ovaires, j’ai les ovaires, j’ai les ovaires pour le faire
La Louise