Providence

Neil LaBute

Présentation

Providence de Neil LaBute
Date(s) : du 3 avr 2018 au 12 mai 2018
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi
Samedi
à 21h30
Durée : 1h25

N'oublie pas que je suis en état de choc. Imagine de quoi je serais capable en pleine forme.

Au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 à New York, un couple illégitime tente de profiter du chaos pour disparaître, changer d’état civil et vivre une nouvelle vie. L’homme, marié, deux enfants, a choisi d’aller rejoindre la femme qu’il aime plutôt que de se rendre à son travail dans l’une des tours. Ils se confrontent à cette tentation (tentative) de disparition fortuite plongés dans le chaos que vit leur pays, sinon dans le trouble que les événements ne manqueront pas de provoquer dans leur relation.

OFFRE DUO
Bénéficiez du tarif DUO* pour l'achat simultané d'une place pour Still life et Providence, sur place ou par téléphone :
* 30€ pour les deux spectacles (au lieu de 52€) du 16 avril au 12 mai

Informations sur le lieu

Salle Vicky Messica
Les Déchargeurs / Le Pôle
3, rue des Déchargeurs
RDC Fond Cour
75001 Paris

La presse en parle

La pièce conserve une saveur diablement amère. Gallais impressionne. Rares sont les acteurs qui s'investissent autant. / L'Obs - n°2789 / 19/04/2018 - Jacques Nerson

Une écriture brute et brutale. Des acteurs au faîte de leur art savamment mis en inquiétudes, angoisses et doutes par Pierre Laville. / Télérama - n°3563 / 25/04/2018 - Fabienne Pascaud

Un scénario joliment tordu. Cette pièce noire et sèche de Neil LaBute, Pierre Laville en fait une fable forte. / Le Canard enchaîné - 18/04/2018 - Jean-Luc Porquet

Distribution

Texte :
Adaptation :
Mise en scène :
Assistant mise en scène :

Production Les Déchargeurs / Le Pôle diffusion

diffusion SIC, Frédéric Franck et le Pôle diffusion

Avec le soutien de :

Multimédia

Cliquez sur l'image pour consulter le dossier du spectacle
Cliquez sur l'image pour consulter le dossier du spectacle

Notes & extraits

MOT DU METTEUR EN SCÈNE
On pourrait parler d'une "tragédie aux yeux secs." Le mal et le malheur ambiants ont des airs d'absolu. Nul jamais n'aurait imaginé ou conçu une telle catastrophe. Point de compassion, point d'attendrissement ou d'identification possibles. Providence est une pièce noire, sèche, qui dérange et refuse le recours aux sentiments et aux émotions humains ordinaires… Neil LaBute met de côté toute facilité d'attendrissement et d'indulgence pour cet homme et cette femme, couple déjà mal formé et en marge qu'il réunit dans cet appartement voisin du lieu de la catastrophe, où tout, comme eux-mêmes, vient d'être recouvert d'une fine couche de poussière grise qui s'est abattue en pluie sur la zone et ses habitants. Pluie de cendres, explosion des valeurs, éruption de l'Histoire qui se déverse en lave et blesse à jamais une civilisation marquée en plein cœur, un pays qui ne sera plus jamais le même ensuite. Que peuvent ces personnages, qui en sont recouverts de cette pluie de cendres, de ce deuil collectif qu'ils subissent inexorablement. Le couple se débat pour ne pas succomber. Il ose un projet de fuite, une solution extrême, une de ces tentations qu'on a du mal à croire réalisables, tant la vie au quotidien avait jusque-là incité plus à la lâcheté qu'à l'audace, au conflit et à la dissimulation plus qu'à des élans de bravoure. On n'a plus peur de Virginia Woolf, on n'a plus à négocier en douceur pour éviter la faillite d'un couple. On est face à l'indicible et à l'inexprimable, donc à devoir courber l'échine sous l'effet du malheur... D'où l'idée extrême d'aller dans un ailleurs où rien ne sera pareil. Un lendemain d'apocalypse. Où il est nécessaire de fuir. C'est la tentation d'une île. Une île providentielle. Existerait-elle ?

Pierre Laville

EXTRAIT

ELLE - Six mille personnes sont mortes, assassinées, certaines d'entre elles étaient nos collègues de travail, et ma seule réaction est de penser à nous tirer aux Bahamas. Ce n'est pas très beau !

LUI - Eh bien, descends les aider à tamiser les débris, ou porte leur des cierges !

ELLE - Je ne sais pas.

LUI - Merci de ne pas oublier que j'y ai travaillé dans ces bureaux, pendant des années. En ce moment, je revois des tas de visages... Les gens avec qui je discutais, avec qui je buvais un café... Ces types à la réception...

ELLE - Tu penses à ces gens-là ?

LUI - Évidemment !

ELLE - Je te croyais en train de penser à nous... Mais quelle idiote, je suis.