Õ Gilgamesh

Présentation

Õ Gilgamesh
Date(s) :
du 5 sep 2017 au 30 sep 2017
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi
Samedi
à 21h30
Durée : 1h10

CAGE CompAGniE

Les aventures prodigieuses d'un grand homme qui ne voulait pas mourir

Gilgamesh, roi dictateur tout-puissant, reçoit la visite d’un être mystérieux créé à son image. Cet homme sauvage élevé en pleine nature, le défie en duel. De cette lutte germe une amitié sans pareil qui conduit les deux héros à la recherche du succès et de l’excès. Mais cet ami, rongé par une malédiction, dépérit et finit par mourir. Gilgamesh prend alors conscience de sa propre vulnérabilité et part en quête de la vie sans fin.

A la frontière entre le conte nomade du désert, les formes traditionnelles du théâtre oriental et la dramaturgie contemporaine, Õ raconte le plus ancien texte de l'Humanité. Au son de la musique électro-acoustique, trois témoins de cette épopée universelle nous embarquent dans ce voyage initiatique.

Informations sur le lieu

Salle Vicky Messica
Les Déchargeurs / Le Pôle
3, rue des Déchargeurs
RDC Fond Cour
75001 Paris

Distribution

Adaptation :
Mise en scène :
Musique :
Lumières :
Décors :
Assistant mise en scène :
Costumes :

Coréalisation Les déchargeurs / CAGE CompAGniE

Notes & extraits

MOT DE LA COMPAGNIE
Ce spectacle est une ode à la tradition orale et à la culture populaire à l’heure où tradition, culture et populaire sont des mots qu’il ne faudrait jamais cesser de rappeler aux adultes comme aux plus jeunes. Nous attendons une participation active du public, en lui exigeant une attention particulière pour surmonter les épreuves auxquelles il doit se soumettre tout au long de l’Epopée. Nous abordons ce mythe ancien sans le situer historiquement, sans l’actualiser, mais en en faisant l’expérience. La mise en scène accompagne les spectateurs vers des moments de silence, ils doivent alors faire face à la question de l’immortalité et au rapport de chacun à la vie et la mort.
Õ est un espace étrange, quasi-cinématographique, dans lequel l’œil du spectateur est stimulé de tous côtés, subtilement orienté, guidé, sans même savoir si c’est l’oreille qui regarde. Õ, titre-symbole du retour au même point, comme l’eau et son cycle. Unité, isolation, comme une île (Ö = île en suédois). Cette vague est l’histoire du déluge, le mouvement de vie, une vibration et la transformation, comme les corps, comme le son. Õ, Gilgamesh, relate ce que nous sommes et ce de quoi nous sommes faits, l’amitié, l’ambition, la luxure, l’ostentation, le rêve et la lâcheté, la maladresse envers ce que l’on aime et envers nous-mêmes. Délicatement, nous invitons le public à jouer, avec nous, au jeu invisible du théâtre.
CAGE CompAGniE

MOT DU METTEUR EN SCÈNE
La mort de mon meilleur ami. Extase de la peur de la mort. Devenir complètement fou, à croire que je peux éviter la mort. La mort, la mort, la mort. Brûler la maison, fuir les flics, me faire poursuivre par les chiens des voisins, traverser le monde, changer de vie, arriver dans un temple, demander qui je suis, qu'on me chasse du temple, rentrer à la maison, j'ai plus de maison, les gens arrivent, il y a des curieux, des musiciens, ah j'ai amené un tapis : le dérouler sur mon terrain de ruines, de mines de ce que je suis et raconter la fin d'une histoire, de la première histoire, l'Épopée de Gilgamesh.
Edgar Alemany

EXTRAIT
Gilgamesh : Je ne veux pas mourir… Aide-moi.

L’immortel : Personne ne veut mourir Gilgamesh. Mais je ne peux pas t’aider. Les hommes naissent, vivent et meurent, c’est leur destin … (silence) mais toi, tu n’es pas un Homme comme les autres. Les dieux t’ont comblé de dons somptueux, tu as une ville à gouverner et un peuple qui t’attend. Rentre chez toi.

Gilgamesh : Immortel, je te regarde et tu n’es pas différent de moi, nous sommes semblables, alors dis-moi, comment es-tu devenu immortel, quel est ton secret ?

L’immortel : Je vais te raconter une histoire, je vais te confier un secret des dieux…