Le Testament de Vanda

Jean-Pierre Siméon

Présentation

Le Testament de Vanda de Jean-Pierre Siméon
Date(s) : du 3 sep 2019 au 28 sep 2019
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi
Samedi
à 21h
Durée : 1h

de Jean-Pierre Siméon

Soit une histoire banale de notre temps : une femme avec son bébé dans un centre de rétention. Elle a tout traversé : la guerre, l’amour perdu, le viol, l’errance, la misère, le rejet. Elle ne peut plus rien, ni le pas en arrière ni le pas en avant.
Le Testament de Vanda est la tentative de dire autant qu’il se peut la vérité, la poésie d’une vie, brutale et tendre, violente et douce, aimante et déchirée, la vérité sous l’information qui en fait l’économie, celle qui ne dit que : suicide d’une migrante dans un centre de rétention…

Un échange avec l'équipe du spectacle aura lieu le mardi 17 septembre après la représentation, venez nombreux !

Informations sur le lieu

Salle Vicky Messica
Les Déchargeurs
3, rue des Déchargeurs
RDC Fond Cour
75001 Paris

La presse en parle

Beau monologue, âpre et poétique. Delphine Valeille interprète magnifiquement Vanda / A2S Paris
Delphine Valeille, magnifique comédienne, éclaire les mots tant sublimes que crus de Jean-Pierre Siméon. / Froggy’s delight
C'est le sourire et le regard clair de Delphine Valeille, une comédienne intense, que l'on retient. Une énergie impressionnante. / Tatouvu

Distribution

Mise en scène
Comédien(s)
Lumières
Crédit Photo Visuel

Production RB|D productions - Les Déchargeurs, en accord avec le Théâtre de la Passerelle

Découvrez les teasers du Testament de Vanda
ici
ici
ici
& ici

Multimédia

 
00:00

Notes & extraits

LE MOT DE L'AUTEUR
Il y a deux façons diamétralement opposées de dire le monde et la réalité que nous vivons. La plus présente, l'oppressive, qui se donne comme péremptoire, aussi vite apparue que disparue dans le bruit général : c'est celle de l'information.
Qui ne dit des choses et des êtres que leur apparence, le minimum reconnaissable et identifiable, le lieu commun, bref ce qu'on en sait déjà et qui contente la paresse et organise l'oubli.

L'autre, la généralement absente, l'opprimée, qui tente de dire la profondeur sous la surface, le réseau inextricable des ombres et des clartés sous l'évidence, l'épaisseur de chair, de nuit de cris et de silence de toute vie, bref la part perdue de l'information. Cette façon là, c'est celle de la poésie. Le Testament de Vanda c'est cela: la tentative de dire autant qu'il se peut la vérité, la poésie d'une vie, brutale et tendre, violente et douce, aimante et déchirée, la vérité sous l'information qui en fait l'économie, celle qui ne dit que: suicide d'une migrante dans un centre de rétention...
Jean-Pierre Siméon