Hosto

Ici, on ne mange pas de sandwich. Parce que du temps, on en a à perdre. Parce qu’on a nulle part où aller... puisqu’on est ici

Pour réserver, cliquez ici

Présentation

Hosto
Date(s) :
du 14 avr 2015 au 9 mai 2015
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi
Samedi
à 19h30
Durée : 1h15

Ici, on ne mange pas de sandwich. Parce que du temps, on en a à perdre. Parce qu’on a nulle part où aller... puisqu’on est ici

HOSTO brise les murs qui séparent habituellement l’hôpital du reste de la société – ces murs sur lesquels nous projetons angoisses, fantasmes voire superstitions – et fait entrer le spectateur au cœur de l’hôpital, en le donnant à voir autrement. Trois comédien(ne)s, trois portants, une galerie de personnages et une série de saynètes comme autant de portes qui s’ouvrent sur des situations variées… entrerez-vous ?

Informations sur le lieu

Salle Vicky Messica
Les Déchargeurs / Le Pôle
3, rue des Déchargeurs
RDC Fond Cour
75001 Paris

La presse en parle

Hosto est un projet humain et solidaire / Vivre FM

Ce qui marque le fil conducteur de la pièce, c'est la justesse et la sincérité des propos, tout y est convaincant. / 66 millions d'impatients

Pari réussi, réactions unanimes, enthousiastes ! / Handicap.fr

Le récit est passionnant et sensible. / SortiràParis.com

Spectacle audacieux, drôle, généreux et émouvant. / Pariscope

Distribution

Coréalisation Les déchargeurs / Cie en Carton

Multimédia

 
00:00

Notes & extraits

LE MOT DES AUTEURS

Marie Astier, atteinte d’une maladie génétique diagnostiquée à 18 mois, dialysée puis transplantée rénale en 2005, connait l’hôpital « par cœur ». Elle a eu envie de faire de sa propre expérience le matériau d’une création artistique, en s’entourant de deux membres de sa Compagnie. Chacun a mis ses compétences au service d’un spectacle original. Hosto dédramatise la vision commune de l’hôpital en l’évoquant avec simplicité, en multipliant les angles d’approche pour montrer sa diversité. Hosto ne suit pas de trame narrative car son propos n’est pas de « raconter » l’histoire d’un personnage, mais celle d’un lieu, du point de vue du patient. Le spectacle se compose d’une série de saynètes, certaines sans paroles : le corps, dans un lieu où il est souvent empêché, est parfois le seul à s’exprimer. Dans Hosto, le (sou)rire a un statut singulier : le spectateur reconnaît une situation bien réelle et apprécie le décalage amené par le jeu. L’expérience de l’hôpital est passée au crible de la créativité. L’hôpital est le matériau d’une création artistique avec ce que cela présuppose de prise de distance voire de liberté.

La Compagnie En Carton

LE MOT DES METTEURS EN SCÈNE

Sur scène, un lit d’examen blanc et trois portants sur roulettes aux rideaux blancs. Ces portants – aux dimensions imposantes mais aux tissus fluides et légers – évoluent tout au long de la pièce, tandis que le lit n’est jamais déplacé. Ce sont les murs de l’hôpital qui bougent autour du lit, créant différents espaces – parfois réels, parfois mentaux. De derrière ces portants peut surgir un infirmier sans égard pour l’intimité du patient, un visiteur tant attendu ou un nouveau patient. L’hôpital n’est jamais vide. Il pourrait presque paraitre hanté. Le blanc renvoie à un univers aseptisé mais aussi onirique.
Par l’évolution de la scénographie, chaque espace s’ouvre à ce qui pourrait être appelé une troisième dimension tout comme, par le texte et le jeu, chaque saynète prend de la distance par rapport à ce qui l’a inspirée.
Nous avons conçu Hosto comme un spectacle qui ne laisse pas indifférent. Il est écrit, mis en scène et joué pour toucher chacun de façon différente, en fonction de son propre rapport à l’hôpital. Qu’en connait-il ? Est-ce par sa propre expérience ou au travers de celle(s) de proche(s) ? Quels souvenirs, impressions, peurs ... a-t-il gardés ? Nous souhaitions interroger, déranger voire bouleverser le spectateur ; qu’il éprouve le besoin d’échanger à l’issue de la représentation ; que certaines images lui restent gravées en mémoire.

La Compagnie En Carton

Un sandwich jambon beurre.
J’ai envie d’un sandwich jambon beurre.
Comme celui que mange le type là-bas.
Je ne suis pas sûre qu’il soit bon, son sandwich.
Je suis même sûre qu’il n’est pas bon.
Mais c’est un sandwich.
Un sandwich, c’est pratique.
On le mange sur le pouce, entre 2 choses à faire.
On le mange à son bureau, sur un banc... ou même dans les transports en commun, pour gagner du temps.
Ici, on ne mange pas de sandwich.
Parce que du temps, on en a à perdre.
Parce qu’on a nulle part où aller... puisqu’on est ici.
Et pourtant, moi, j’aimerais bien monter dans une voiture.
Ça fait longtemps, mine de rien, que je ne suis pas montée dans une voiture.
J’ai envie d’être sur le siège arrière... et de sentir les vibrations du moteur sous mes fesses, ça fait des guilis.
J’ai envie d’être entre mon frère et ma sœur qui se chamaillent... et qui m’obligent à faire la police.
Ici, il n’y a pas besoin de la faire, la police, puisque je suis toute seule le cul sur une chaise qui ne fait même pas de guilis.