Jonas Hassen Khemiri

Il n'est pas de mois sans qu'une pépite nous soit révélée / Le Figaro

Présentation :

Bourse Henning Mankell (Suède, 2011)
Off-Broadway Theater Awards (OBIE Award), pour Invasion ! (Etats-Unis, 2011)

Jonas Hassen Khemiri est né en 1978 à Stockholm d’un père tunisien et d’une mère suédoise. Il est l’un des auteurs suédois les plus prometteurs de sa génération.
Son premier roman Un rouge œil, paru en 2003, est un best seller en Suède. Avec son deuxième roman Montecore, il obtient le titre de meilleur auteur en 2006. Sa première pièce Invasion ! écrite pour le Stadsteater de Stockholm a été jouée deux saisons à guichets fermés. Elle a été montée en 2010 au Théâtre des Amandiers par Michel Didym. Sa pièce suivante, Cinq fois Dieu, a été créée en 2008 au Regionsteater de Blekinge Kronoberg.
Nous qui sommes cent a été montée en 2009, année de sa parution, par Mellika Melani au Stadsteater de Göteborg.
En Norvège, elle est jouée au Rogaland Teater et a reçu le Hedda Prisen de la meilleure pièce de l’année 2010.
En France, elle a été mise en espace par Mikael Serre en 2011 dans le cadre de Reims Scènes d’Europe, puis par Edouard Signolet en janvier 2014 au Théâtre Ouvert. En 2015, elle est montée par Laura Perrotte aux Déchargeurs puis à la Manufacture des Abbesses. L’équipe de Fluorescence collective la porte au plateau pour la première fois en Belgique au Théâtre national de Bruxelles en 2016.
J’appelle mes frères a été créé au Riksteatern en 2013 dans le cadre du projet européen «Europe Now», et à New-York en 2014 par la Play Compagny. En France, elle est mise en espace par Michel Didym lors du festival de la Mousson d’été, et mise en scène par la compagnie Les entichés en 2014-2015. Sa sixième pièce Almost equal to a été créée en 2014, au Dramaten de Stockholm. Succès public, le spectacle a été unanimement salué par la presse.
Jonas Hassen Khemiri a reçu de nombreux prix dont, en 2011 la bourse Henning Mankell et le Off-Broadway Theater Awards (OBIE Award) aux Etats-Unis.
Il creuse de façon rare un univers personnel dans lequel sa langue et son écriture sont au service d’une recherche sur la nature de l’individu contemporain, révélée au prisme d’une histoire en mouvement, dans laquelle l’immigration et la mondialisation sont les ferments d’un trouble de l’identité.