La Traversée de la nuit

Geneviève de Gaulle Anthonioz

Ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le revivre.

Georges Santayana.

Présentation

La Traversée de la nuit de Geneviève de Gaulle Anthonioz
Date(s) :
du 12 mai 2015 au 30 mai 2015
/ du 12 Jan 2015 au 4 mai 2015
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi
Samedi
à 19h30
Durée : 1h20

Ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le revivre.

Georges Santayana.

Résistante de la première heure, Geneviève de Gaulle est arrêtée, sur dénonciation, le 20 juillet 1943. Elle est incarcérée à la prison de Fresnes. Six mois plus tard, elle sera déportée à Ravensbrück. Après « un terrible voyage » qui dure trois jours et trois nuits, le convoi est immergé dans l’horreur du camp de concentration. « La faim, le froid, le travail forcé sont certes des épreuves, mais pas les pires ». Geneviève de Gaulle lutte pour ne pas renoncer et découvre l’extraordinaire solidarité qui l’unit à ses camarades.

Informations sur le lieu

Salle Vicky Messica
Les Déchargeurs / Le Pôle
3, rue des Déchargeurs
RDC Fond Cour
75001 Paris

La presse en parle

Une pièce humble et intime, semblable à une prêche porteur d'espérance. BSC News

La marque des grands. Causette

Pour entrer en communion avec ce destin de résistante, il faut se laisser porter par le monologue mis en scène aux Déchargeurs / côté Maison - Blog L'express

Esmeralda Kroy traverse cette nuit le port droit, laissant la force du texte prendre possession du plateau nu. / Libération

Distribution

publié aux éditions
Mise en scène
Comédien(s)
Lumières
Crédit Photo Visuel

Coréalisation Les Déchargeurs / Cie Hathaway

Multimédia

Dossier de presse
Dossier de presse

Notes & extraits

Le mot du metteur en scène

​Lire un texte est une chose. L’entendre en est une autre. La lecture permet le répit, des retours vers une réalité apaisée. La parole, non. En portant La traversée de la nuit au théâtre, nous avons voulu ajouter au récit le ressenti. Partager les sentiments éprouvés par une femme égarée dans un atroce chaos où l’horreur et la souffrance côtoient l’espérance. Offerts en confidence, les mots atteignent leur cible de plein fouet, touchant les âmes et les sens. La vérité, relatée sans artifices, sans détour ni complaisance, éclate dans toute sa nudité sans qu’aucune échappatoire ne soit possible. Mais ne vous méprenez pas : ce spectacle n’enserre pas le public dans une chape de plomb. Ce serait méconnaître l’exceptionnelle personnalité de Geneviève de Gaulle que l’humour et la retenue n’ont jamais quittée même aux heures les plus sombres de son existence.
Témoigner, résister, voici les maîtres mots de cette œuvre majeure que nous avons cherché à transmettre avec réalisme et sobriété. Aller à l’essentiel pour raconter l’indicible.

Benjamin Paro

Extrait

La porte s’est refermée lourdement. Je suis seule dans la nuit. A peine ai-je pu apercevoir les murs nus de la cellule. En tâtonnant je trouve le bat-flanc et sa couverture rugueuse et m’y allonge en essayant de renouer avec le rêve interrompu : tout à l’heure je marchais sur un chemin éclairé par la lune, une lumière si douce, si bienfaisante, et des voix m’appelaient. Soudain il n’y eut plus que le faisceau d’une lanterne, le visage effaré de notre chef de baraque, l’ordre rauque de me lever et l’ombre de deux SS. Cauchemar ou réalité ? Baty et Félicité, mes voisines de paillasse, se sont réveillées. Elles ont rassemblé quelques objets, dont mon quart et ma gamelle, m’ont aidée à descendre du châlit, m’ont embrassée. Quel sort m’attend ? Il arrive que les exécutions aient lieu ainsi de nuit.