Ceux de 14

Maurice Genevoix

Ce que nous avons fait, c'est plus qu'on ne pouvait demander à des hommes et nous l'avons fait.
Maurice Genevoix

Présentation

Ceux de 14 de Maurice Genevoix
Date(s) : du 8 Jan 2015 au 16 avr 2015
Jeudi
à 19h30
Durée : 50mn

PROLONGATIONS

Se souvenir du passé…
Lire, au présent, et raconter à voix haute, pour mieux faire (ré) entendre les mots de Maurice Genevoix, à travers ses textes : Sous Verdun, Nuits de guerre, La Boue, Les Eparges…
Une façon pour moi, 100 ans après, de rendre hommage :
à ces hommes,
à la mémoire des disparu(e)s,
à notre Histoire…

Avec la collaboration artistique de Delphine Darvenne

Extrait de "Ceux de 14" de Maurice Genevoix
copyright Flammarion, 1983

Informations sur le lieu

Salle La Bohème
Les Déchargeurs / Le Pôle
3, rue des Déchargeurs
RDC Fond Cour
75001 Paris, IdF

La presse en parle

Il faut absolument aller voir Ceux de 14, mis en scène et complètement incarné par la Compagnie Olivier Lacut / Au cœur de l'Histoire, Europe 1

Le comédien Olivier Lacut a eu un coup de cœur pour le texte de Maurice Genevoix, Ceux de 14. Il vous propose une lecture très habitée / Vivre FM

Le comédien fait revivre, avec sobriété et justesse, par les mots de l’écrivain, le quotidien de ces premiers mois de guerre / Historia Magazine

Distribution

publié aux éditions
Mise en scène
Comédien(s)
Crédit Photo Visuel

Coréalisation Les déchargeurs / Cie Olivier Lacut

Projet labellisé par la Mission centenaire 14-18

Avec le soutien du Conseil général des Hauts-de-Seine, de la Ville de Courbevoie, de l’espace Carpeaux et l'association Je me souviens de ceux de 14 (crédit photo Maurice Genevoix)

Multimédia

 
00:00

Notes & extraits

Note d’intention
A Sylvie Genevoix

A Bernard Maris

Après une première lecture d’extraits de Ceux de 14 en novembre 2011, dans le cadre de l’exposition « Je me souviens de Ceux de 14 », organisée par la Mairie de Courbevoie, je souhaite désormais inscrire
le projet Ceux de 14 sur la période 2014 -2018 et sous différentes formes…
En organisant d’abord des lectures puis la création d’un spectacle et une série d’événements : ateliers d’écriture, théâtre, sensibilisation du public, lectures, spectacle…
L’objectif principal étant de faire (ré) entendre l’oeuvre de Maurice Genevoix à travers ses textes : Sous Verdun, Nuits de guerre, La Boue, Les Eparges...
La première étape se déroulera du 11 septembre au 18 décembre 2014. Nous allons ainsi suivre le « journal de bord » de Maurice Genevoix du 25 août 1914 au 11 janvier 1915… avec chaque soir des extraits différents tirés de Sous Verdun, Nuits de guerre, La Boue…
C’est le début d’un « feuilleton théâtral » et une façon pour moi de rendre hommage, à l’écriture de Maurice Genevoix... à ces hommes... à la mémoire des disparu(e)s... à notre Histoire...

Extraits

Ai-je dormi ? Quelle heure peut-il être ? Le vent se lève, la nuit est noire toujours. Je distingue vaguement un peu à droite et devant ma tranchée, un gros tas sombre : des bottes de paille amoncelées, dans lesquelles sont enfouis le commandant, le capitaine et leurs agents de liaison. Je vais essayer de me rendormir, lorsque quelques balles sifflent au-dessus de moi. Il m’a semblé qu’elles étaient tirées de tout près. Pourtant, il y a du monde devant nous ; je sais que ma compagnie est réserve des avant-postes.
Alors ?
Je n’ai pas le temps de chercher à comprendre. Brusquement, une fusillade intense éclate, gagnant de proche en proche tout le long de la ligne, avec une vitesse inouïe. Les détonations claquent aigrement.
Aucun doute : ce sont les Boches qui tirent ; nous sommes attaqués.

Sous Verdun (25 août 1914 - 9 octobre 1914) Jeudi, 10 septembre.

Réveil gelé. La pluie, de huit heures, n’a pas fait de trêve, noyant les bois, agglutinant les feuilles mortes et délayant la boue. Une aube livide glisse entre les fûts des hêtres dont l’écorce grise se marbre de
suintement verdâtres. Dans les plis de ma couverture, des flaques d’eau bougeottent à chaque mouvement.
« Debout ! » On s’étire, dans les vêtements raidis ; les genoux craquent, l’échine est si douloureuse qu’elle brûle. « Du silence ! Et faisons vite. » On entend les sections de relève qui pataugent en bas. Une lente
file de soldats monte vers nous. Les hommes geignent sous la pesée des sacs. Leurs mains s’accrochent aux baliveaux ou rament à vide devant eux. Leurs genoux, à tous, ont les mêmes empâtements d’argile
boueuse. Ils nous rejoignent, maussades, bientôt hargneux.

Nuits de guerre (9 octobre 1914 - 29 octobre 1914) 26-29 octobre.

C’est pour demain, dit le médecin auxiliaire. Demain matin 8 heures. Il y a des batteries tout le long de 372, des batteries derrière Senoux, des batteries dans le bois-Haut, des batteries partout... Le tir commencera d’un seul coup, toutes les dragées en vrac sur le saillant boche. On allongera au chronomètre. Le bataillon du 6-7 sortira, deux compagnies, première vague, deux autres appuyant l’assaut...

La Boue (30 octobre 1914 – 11janvier 1915) 25 décembre- 5 janvier.

Mais du soleil, sur la petite photo grise, que reste-t-il ? ...

Les Eparges (janvier 1915-25 avril 1915) 24-25 avril