Les Emigrés

Slawomir Mrożek

Présentation

Les Emigrés de Slawomir Mrożek
Date(s) : du 3 sep 2019 au 28 sep 2019
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi
Samedi
à 19h
Durée : 1h30

Reprise parisienne !

Une longue nuit de réveillon, un intellectuel et un ouvrier déracinés se font face autour d’une table et d’une bouteille. Mis à part ce sous-sol et leur solitude, ces deux compatriotes désaccordés ne partagent que le souvenir de leur pays natal. L’un a fui pour ses idées et rêve de devenir un grand penseur, l’autre pour vaincre la pauvreté et revenir riche au pays. Dans l’excitation et les vapeurs d’alcool, la vérité de ce tandem souvent drôle éclatera, violente et cruelle.

Un échange avec l'équipe du spectacle aura lieu le jeudi 5 septembre après la représentation, venez nombreux !

Informations sur le lieu

Salle Vicky Messica
Les Déchargeurs
3, rue des Déchargeurs
RDC Fond Cour
75001 Paris

La presse en parle

C’est un coup de cœur théâtral. Deux grands acteurs portent ces personnages archétypes avec une finesse et une justesse remarquables. L’Humanité
La mise en scène d’Imer Kutllovci est une réussite. Le Bosniaque Mirza Halilovic et le Russe Grigori Manoukov sont magnifiques de justesse et de densité. La Croix
Tout est réussi dans spectacle. Deux excellents comédiens, plus vrais que nature. Ils nous touchent et nous font beaucoup rire. Car on rit beaucoup. Le Canard enchaîné

Distribution

Mise en scène
Assistant mise en scène
Crédit Photo Visuel

Production RB|D Productions, en accord avec la compagnie de l'Etoile

En partenariat avec l'Institut Polonais de Paris

Multimédia

Notes & extraits

MOT DU METTEUR EN SCÈNE
Il y a deux hommes, « les émigrés ». Ils parlent de bouffe, d’argent, de problèmes sociaux, politiques, culturels, de la famille, de la vie et de la mort. L’un avec l’autre, l’un contre l’autre. Deux lits collés, mais pas ensemble. Dans cette pièce je voulais que le jeu, la scénographie, les costumes, la musique, la lumière, soient vus, sentis ou entendus sans que rien ne soit forcé. Qu’est-ce qui est le plus important ? Les choses, les objets, l’argent ? Ou les idées, l’idéal, la liberté ? Qui a raison, qui a tort ? On ne le saura jamais ! D’où viennent-ils et où sont-ils ? Non plus. Car le titre « émigrés » est un titre piège.

Ma mission est de faire disparaître le mot « émigrés » et les clichés qui l’accompagnent au fur et à mesure de la pièce. Nous ne voulons pas résoudre le problème des émigrés, nous posons juste des questions. Je ne suis pas d’accord avec le fait que les émigrés soient un problème aujourd’hui. Il faut vivre avec. Le théâtre, c’est la voix du peuple. La plus claire, la plus audible, sans arrière-pensée, sans intérêt politique ou économique. C’est la raison pour laquelle j’ai monté cette pièce. Les comédiens, l’assistance et moi-même connaissons l’histoire racontée dans la pièce de Sławomir Mrożek et dans bien d’autres récits semblables.

Nous sommes allés plus loin dans la profondeur de cette histoire et je crois que c’est ce que souhaitait Mrożek. Une histoire, on ne la raconte jamais deux fois de la même façon. Mais cette pièce contient des images de ce que l’on veut vous raconter, la même forme, le même déroulé. Les deux comédiens seront juste en face de vous, très proches, avec un décor simple. Tout paraîtra bien simple, bien banal, tout comme la différence entre nous et un émigré.
Imer Kutllovci