Lecture en cours
À propos de SALLE DE TRAITE
           LE CAFÉ      LA CARTE      CONNEXION

À propos de SALLE DE TRAITE

– Regardez-le qui va, qui vient
– Regardez-la cette âme en peine
– Qui passe sans nous voir
– Meuh, meuh
–  Qui n’entend même plus nos plaintes
– Qui nous fait une tape dans le dos par réflexe
– Qui vient coller sur nos pis
– L’aspirateur de notre lait
– Sans plus jamais venir le traire lui-même
–  Regardez-le trainer ses bottes
– En racler ses talons dans la bouse et la paille

– Chaque jour qui passe lui courbe un peu plus le dos
– Meuuuuuh ! Meuuuuuuh !
– Souris-nous encore l’ami
– Avant tu souriais
– Avant tu nous aimais
– Et ça, c’était important
– Tu étais le berger du troupeau amoureux
– Qui t’offrait son lait sans relâche
– Qui n’a jamais su où tu emmenais ses veaux


EXTRAIT

Et je raconterai ce que tu as vécu…

Rebecca Vaissermann



NOTE D’ÉCRITURE ET DE MISE EN SCÈNE
C’est de l’annonce anonyme de la pendaison d’une agricultrice dans sa salle de traite sur une chaîne d’infos en continu qu’est née l’écriture de Salle de traite. C’est du désir de faire entendre la voix de cet agriculteur en détresse et celle de ses vaches laitières qu’est née Salle de traiteLecture musicale : un dispositif simple mettant le texte au cœur du spectacle, où les notes rejoignent les mots pour tenter de dire, tenter de sortir du silence, tenter d’esquisser des pistes de convergence des luttes, tenter de rêver pour conjurer un sort qui semble inéluctable. Tandis qu’en France, on énonce qu’un agriculteur se suicide tous les deux jours sur son lieu de travail, tandis que l’industrie agro-alimentaire produit de manière toujours plus effrénée au détriment de tous les maillons de la chaîne, il me paraissait nécessaire et urgent d’essayer d’en parler et d’amener au théâtre ces échos du monde agricole, entre tentative et hommage.

Rebecca Vaissermann

Vous avez aimé ? Partagez avec nous votre émotion
À voir
1
Bonheur
1
C'est frais!
0
Excitation!
2
Tristesse
2