Je le ferai hier

Pauline Huriet

Présentation

Je le ferai hier de Pauline Huriet
Date(s) : du 13 mai 2019 au 23 mai 2019
Lundi
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi
Samedi
à 21h30
Durée : 1h30

Lauréat 2018 Festival Court mais pas vite

Ils sont six et ils ont tous été invités à parler d'un sujet qui les interpelle, les touche ou les questionne. Entre celle qui a trop de sujets à défendre, celui qui n’a pas d’avis ou l’autre qui en a beaucoup, il faudra partager la parole et apprendre à s’écouter. Choisir une cause à défendre, décider que l’on va se battre pour et réussir à expliquer pourquoi, c’est loin d’être évident. Alors quand émerge en chacun le désir de faire tout cela mieux que les autres, la pudeur et la bienséance voleront joyeusement en éclats.

Le billet du spectacle vous donne accès à un atelier d'improvisation organisé par la compagnie aux Déchargeurs le vendredi 17 mai 2019 de 14h à 16h30, ouvert à tous, aucune pratique théâtrale exigée ! Plus d'infos en cliquant ici

Informations sur le lieu

Salle Vicky Messica
Les Déchargeurs
3, rue des Déchargeurs
RDC Fond Cour
75001 Paris

La presse en parle

Avec Je le ferai hier, Pauline Huriet se révèle auteure et metteuse en scène sur laquelle il va falloir compter tant sa première création irradie de son talent. Porté par une troupe de comédiens formidables, le spectacle est un régal d’intelligence et de drôlerie. Pariscope

Distribution

Coréalisation La Reine blanche – Les Déchargeurs & C’est pour ça

Avec le soutien de l’Ecole supérieure de comédiens par l’alternance d’Asnières

Multimédia

Cliquez sur l'image pour consulter le dossier de la pièce !
Cliquez sur l'image pour consulter le dossier de la pièce !

Notes & extraits

Quelques questions à Pauline Huriet, auteure et metteure en scène de Je le ferai hier

Comment le projet a émergé ?
Grâce au Festival Court mais pas vite. J’avais envie de monter un projet depuis longtemps. Depuis mes 6 ans à vrai dire. Il y a 20 ans je voulais monter une comédie musicale. Finalement c’est une pièce et c’est pas plus mal. Mon entourage m’a parlé de l’appel à projet. La question de l’engagement m’obsédait de manière croissante alors je suis rentrée quelques jours dans ma Lorraine natale et j’ai écrit le dossier autour de mes préoccupations du moment. La pièce s’est écrite au fur et à mesure qu’on passait les étapes du concours et aujourd’hui on est là.

Pourquoi l’engagement ?
Au-delà de l’engagement, c’est l’inhibition dans celui-ci qui m’interpellait. Cette incapacité à agir, à être acteur dans un domaine, malgré une volonté sincère. Pourquoi mes idéaux, bien qu’ils soient forts, peinent à passer du registre intellectuel à celui de l’action ? L’engagement est un point de départ mais je crois que le propos de Je le ferai hier a débordé légèrement. Il est toujours là, mais c’est un prétexte, un support. Attention il s’agit d’un support sincère mais la pièce parle aussi d’individus, des acteurs qui la font vivre et de leurs personnages. Le travail de création et d’écriture s’est dirigé vers quelque chose de plus intime. Il me semble que Je le ferai hier parle de la solitude dans la volonté de faire. Une solitude qui rassure, qui évite de trop agir (de trop s’engager ?), qui est une excuse, mais qui lasse et finit par faire mal. Ce sont des gens seuls, dans leurs combats et ailleurs, puis seuls ensembles, pour finir qui sait, juste ensemble ?