Fin de série

La Cotillard Cie

Présentation

Fin de série de La Cotillard Cie
Date(s) : du 10 déc 2015 au 10 Jan 2016
Jeudi
Vendredi
Samedi
Dimanche
à 20h30
Durée : 1h15

Une comédie méchante & burlesque en hommage aux vieux

Un couple de vieux. Ils sont chez eux.
Pas malades. Pas isolés. Sans canicule.
Ils mettent en concurrence leur état physique et mental.
Ils ne se parlent pas parce qu’ils n’ont plus rien à se dire.
En fait, ils n’ont pas encore grandi que déjà ils rétrécissent.
Un troisième personnage, représentant-profiteur en toutes catégories, prend soin d’eux…

Informations sur le lieu

Vingtième Théâtre
7 Rue des Plâtrières
75020 Paris

La presse en parle

C'est diablement comique / Culture Tops

Une rigueur burlesque imparable et un sens du gag que la compagnie Cotillard maîtrise totalement / Pariscope

L'un des meilleurs spectacles que l'on puisse voir actuellement à Paris / Le grand théâtre du monde-Figaro blog

Cotillard est hallucinant, Delem, une reine, Boone, un as. Du très grand art / Le Figaro & Vous

Une pièce à voir et à revoir / Toute la culture

Distribution

Mise en scène :
Lumières :
Décors :
Costumes :

Le Vingtième théâtre et la Cotillard Cie

Multimédia

Aucune vidéo ne correspond a votre recherche

Dossier de presse
Dossier de presse
Dossier de diffusion
Dossier de diffusion
revues de presse 2015
revues de presse 2015

Notes & extraits

GENRE
Théâtre gestuel et burlesque
Ce n’est pas un théâtre d’images, ni un théâtre d’ambiance, ni un théâtre musical.
C’est un théâtre féroce et drôle. Chaque geste est écrit. Chaque rythme est travaillé.
La pièce est une partition.
L’absence de parole n’est pas délibérée. Il se trouve que ces personnages n’ont plus rien à se dire à moins qu’ils n’aient jamais commencé à se parler…

LES PERSONNAGES
Deux vieux, débutants dans la vieillesse. L’homme est plutôt bien planté malgré son stimulateur cardiaque qui interfère dès que le micro-ondes est en marche. La femme : silhouette longiligne au chignon bas et gris, s’amuse cruellement des fragilités de son conjoint. Le couple est loin d’être sénile, un troisième âge actif, sportif et consommateur. Ils s’épient, ne se regardent plus, devinent leurs pensées mutuelles sans jamais s’exprimer verbalement. Le troisième personnage médecin, kiné, agent des pompes funèbres, bel homme souple et à l’aise dans ses baskets et dont l’acte répétitif cynique – médical ou commercial – revient à placarder des factures sur la porte d’entrée de ses patients.

LE LIEU L’ACTION ET LE TEMPS
L’histoire commence le matin et se termine le soir ou la nuit.
L’action se passe dans la salle à manger. Salle à manger encombrée de meubles, de bibelots, d’animaux de compagnie.

Le déroulé de la journée :
Matin : Elle se lève. Tout est sous contrôle : la pendule, l’aquarium, le chat, le micro-ondes.
Il arrive : petit déjeuner, médicaments, approche sexuelle, échec, vacheries, arrivée du médecin - son héros à elle, médicaments - en grande quantité, ils se mettent au sport et au kiné, anniversaire, petite fête désastreuse, micro-ondes dévastateur pour le pacemaker du monsieur, conflit, dispute sourde, pas un mot, elle quitte le domicile conjugal, il est seul, arrivée d’un représentant qui vend tout ce qui est inutile aux vieux, retour de la dame arrivée du représentant des pompes funèbres, démonstration. Couché, échec sexuel, nuit, petit déjeuner, fin.

LE STYLE
Les effets sonores sont très présents. Ce sont des bruits enregistrés, artificiels et faux, des jingles domestiques dans le silence et le vide existentiels du non-usage de la parole. Seuls, parlent les gestes, les mouvements, les haussements d’épaule ou de hanche, les ratés et les maladresses des corps alourdis. Les deux partenaires d’une vie qui s’enfuit sont en concurrence, quant à leur état physique et mental. Les vieux comme tous les autres sont des enfants vantards, avides de réaliser des rêves qu’ils ne réaliseront pas. Le spectacle évolue entre théâtre, clownerie, art du mime et du geste pour révéler subtilement les mouvements complexes de l’être intime, hors des attitudes et mimiques convenues. Résultat d’une fabrication sociale en abondance d’êtres en déshérence, jeunes ou vieux, qui ne bénéficient pas d’une qualité d’existence. Même si la vie dure longtemps, elle n’est pas meilleure.