Nathan Bernat

Il n'est pas de mois sans qu'une pépite nous soit révélée / Le Figaro

SON PARCOURS
Nathan Bernat a commencé le théâtre à l’âge de 12 ans au sein de la troupe des Enfants de la Comédie, dirigé par Karin Catala (Boulogne-Billancourt, 2003-2009) il est ensuite formé entre autres par Stanislas Nordey, François Tanguy, Eric Lacascade et Thomas Jolly (École du Théâtre national de Bretagne, Rennes, 2009- 2013).

Au sortir de l’école, il joue notamment dans Living ! de Julian Beck et Judith Malina, mise en scène de Stanislas Nordey (Théâtre national de Bretagne, Rennes, 2012), Henry VI de William Shakespeare, mise en scène de Thomas Jolly (Trident, Scène nationale de Cherbourg, 2012 repris au Théâtre national de Bretagne, Rennes, 2013 et au Festival In, Avignon, 2014), Richard III de William Shakespeare, mise en scène de Thomas Jolly (Théâtre national de Bretagne, Rennes, 2015 et actuellement en tournée), Le Projet apocalyptique, mise en scène de Simon Gauchet joué dans le cadre du Festival mettre en scène organisé par le Théâtre national de Bretagne (Théâtre de Lorient, Centre dramatique national, Rennes, 2016), On ne badine pas avec l’amour d’Alfred de Musset, mise en scène de Yann Lefeivre (Le Trident, Scène nationale de Cherbourg, 2016) et Violences (un dyptique) de Didier-Georges Gabily, mise en scène de Sara Amrous (Carré Sévigné, Cesson-Sévigné, 2017). Au cinéma, il joue sous la direction de Vincent Dieutre dans Déchirés/Graves (2012), Simon Averous dans Raoul & Annina (2016) et Justine Dussaux dans Le Grand jeté (2017).