Jean-Yves Aizic

Il n'est pas de mois sans qu'une pépite nous soit révélée / Le Figaro

Après des débuts au piano auprès de Denyse Rivière, Jean-Yves Aizic a été formé en solfège spécialisé, écriture et par Serge Zapolsky, Anne Grappotte et Ruben Lifschitz en direction de chant et accompagnement vocal (Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, 1984-1999). Il a également obtenu un BTS cinéma option son (Ecole nationale supérieure Louis Lumière, Noisy-le-Grand, 1991-1993). Il travaille depuis comme chef de chant et pianiste pour de nombreux théâtres lyriques : Tours, Nantes, Rennes, Besançon, Bordeaux… mais aussi à l’Opéra-Comique, au Théâtre du Châtelet, à l’Opéra National de Zagreb ou à l’Opéra de Pékin.

Passionné par la création musicale contemporaine, il collabore avec les ensembles Ars Nova, 2e2M et TM+ auprès de compositeurs tels que Paul Méfano, Georges Aperghis, Vincent Bouchot, François Narboni, Gérard Pesson, Michel Musseau, Pascal Dusapin. On a pu l'entendre notamment dans The second woman de Frédéric Verrières, mise en scène de Guillaume Vincent (Théâtre des Bouffes du Nord, Paris, 2001) avec l’ensemble Court-circuit, et dans La Bête dans la jungle d’Henry James, mise en scène de Jean Pavans (Forum du Blanc-Mesnil, 2011) avec l’orchestre Les Siècles.

Il est aussi directeur musical pour des compagnies telles que l'ARCAL, la Péniche Opéra ou le Grand Théâtre de Reims. Depuis 2011, il a ainsi dirigé l'ensemble Érik Satie dans des orchestrations personnelles de Řikadla de Janacek ou du Boléro de Ravel, l'ensemble Tetraktys dans L'Isola Disabitata de Haydn, ou encore l'orchestre de l'Opéra de Reims dans les Orages désirés de Condé, au Festival Berlioz.

Récemment, il participe à la création de trois opéras : Thaïs de Jules Massenet, mise en scène d’Ugo de Ana (Opéra de Pékin, 2018), Je suis un homme ridicule de Sébastien Gaxie, mise en scène de Volodia Serre (Athénée Théâtre Louis Jouvet, Paris, 2017) et The Lighthouse de Peter Maxwell Davies, mise en scène d’Alain Paties (Athénée Théâtre Louis Jouvet, Paris, 2017) et est pianiste dans L’Ébloui de Michel Musseau, mise en scène de Xavier Legasa (Abbaye de Fontevraud, 2018).