Donia Berriri

Il n'est pas de mois sans qu'une pépite nous soit révélée / Le Figaro

Donia Berriri a été formée au piano, à l’harmonie et au saxophone par Philippe Poussart et Emil Spanyi (Conservatoire du XVIIème et du XIXème, Paris, 2002-2007). Elle est également titulaire d’une maîtrise en musicologie (Université Paris VIII, 2002-2006)
On la connaissait sous le nom de Donia Berriri comme pianiste, claviériste et saxophoniste (aux côtés de L, Camélia Jordana – pour qui elle a signé le titre Illégale –, Nosfell – qui interprète avec elle J’oublie sur ce premier opus –, plus récemment dans les spectacles de Pierre Notte dont Sur les cendres en avant (2016) ou Night in white Satie (2017), ponctuellement aux côtés de Rodolphe Burger ou de Raphaël Personnaz (dans une pièce d’Antoine Leris, Vous n’aurez pas ma haine, mise en scène de Benjamin Guillard, primée aux Molières 2018). Poétesse à ses heures, son premier recueil L’inconnu cardinal, paru en 2015 aux Éditions du Cygne, illustré par Fanny Michaëlis et préfacé par Camélia Jordana, a notamment eu les honneurs d’une lecture musicale à la Comédie-Française.
En 2014 sort son premier EP Achille dont elle décide de garder le nom pour la scène, en hommage à Debussy, né Achille-Claude, puis en 2017 son premier album Iris (Le Furieux /L’Autre Distribution).

On la découvre auteure, compositrice et interprète d’un répertoire singulier, qui emprunte tout à la fois aux luxuriances harmoniques de Debussy et aux sonorités actuelles : mélange de piano acoustique, de claviers analogiques et d’électronique. Le livre audio Et si au clair de lune parait en 2019.
Elle est également un membre actif du collectif Des Liens initié par Dominique A en 2016 et s’engage dans de nombreuses actions auprès de personnes en difficulté.